Eau

Frédéric Masquelier a signé le nouveau contrat de territoire

  • © CAVEM - Ph. Bridoux-Martinet
  • © CAVEM - Christine Delville
  • © CAVEM - Christine Delville
  • © CAVEM - Christine Delville

Le Président de la CAVEM Frédéric Masquelier, le Préfet du Var Evence Richard, la Directrice de l’Agence de l’eau Annick Mièvre ont signé le contrat de territoire pour une gestion durable des services d’eau potable et d’assainissement et / ou des milieux aquatiques qui couvre la période 2020-2022.

« Durable, car nous n’avons pas de planète de rechange. Il faut bien entendu l’envisager dans la durée pour nos enfants et petits-enfants. C’est un programme ambitieux et un modèle de coopération entre les collectivités locales et un établissement public administratif qui est l’Agence de l’eau, mais aussi de coopération avec l’État pour un des sujets les plus essentiels, » a expliqué le Président Frédéric Masquelier.

Sur le territoire de la CAVEM, cette gestion de l’eau complexe a été expliquée en chiffres par le Président de la communauté d’agglomération : « L’ensemble des axes prend en compte les 347 km2 du territoire, les 45 réservoirs, les 978 kilomètres de réseau d’eau et assure l’approvisionnement de 12 millions de m3 pour desservir près de 114 000 habitants et une population triplée en période estivale. Quant à l’assainissement, c’est 6 stations, plus de 670 kilomètres de réseau de collecte des eaux usées et 14,8 millions de m3 d’eaux traitées. »

6 axes structurent ce contrat
Ce contrat s’inscrit dans les objectifs fixés par le 11e programme de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse intitulé « Sauvons l’eau ! » et se compose de 47 actions pour un montant avoisinant les 17 millions d’euros dont 33 % sont financés par l’Agence de l’eau.

 « Le précédent contrat comprenait 118 missions, c’était ambitieux mais aussi difficile. Il y a une volonté de reconcentrer l’action sur moins de missions afin d’être efficace et que l’action publique soit évaluable, » concède Frédéric Masquelier.

Ce contrat est structuré autour des six axes ci-dessous :

  • structurer les services assainissement et pluvial pour une gestion durable ;

  • préserver et garantir la gestion qualitative et quantitative de la ressource en eau ;

  • résorber l’impact des pollutions domestiques par temps de pluie ;

  • assurer la restauration des milieux aquatiques en synergie avec la prévention des inondations et des aménagements durables ;

  • limiter les pressions sur le milieu marin ;

  • pilotage et communication.

 

« Les objectifs de ce nouveau contrat sont de mieux protéger, mieux sécuriser, diversifier avec une attention particulière sur les eaux parasites. Il est également question de l’imperméabilisation des sols avec l’objectif de zéro artificialisation des sols pour l’avenir. C’est aussi anticiper les changements, je pense aux changements climatiques avec la question des submersions marines. »

Il est déjà prévu de renouveler les réseaux dégradés sur les cinq communes de la CAVEM, de réhabiliter des postes de refoulement, mais aussi d’élaborer un Schéma Territorial de Restauration Écologique et un Plan de Gestion et de Restauration Pluriannuel de la Végétation.

« Je suis fier d’être à la tête de cette agglomération qui est l’une des plus engagées sur les enjeux écologiques et du développement durable avec une volonté de concilier en permanence économie et environnement, car il n’y a pas d’opposition entre ces domaines, mais une complémentarité qui est nécessaire » a conclu Frédéric Masquelier.