Moustiques tigres

Les nuisances occasionnées par les moustiques se sont largement accrues suite à la colonisation de notre territoire par le moustique tigre (Aedes albopictus) en 2007/2008.

Création d’un service de prévention et de lutte contre les moustiques

Fin 2010, un service de démoustication a été créé par la CAVEM au niveau de son Pôle Environnement pour améliorer le confort de vie des administrés et prévenir les risques sanitaires induits par le moustique tigre, vecteur potentiel des maladies de la Dengue, du Chikungunya ou du Zika.

Ce service de démoustication a évolué avec le temps pour devenir un "Service de Lutte Contre les Nuisibles" (LCN) prenant en charge les problématiques liées aux moustiques, aux chenilles processionnaires et aux charançons rouges du palmier.

Stratégie d’action du service de lutte contre les nuisibles

 

1. Les traitements de démoustication sur le domaine public et les parties communes du secteur prive

 

Les opérations de traitements biologiques préventifs : LA REGLE

Les agents du service LCN effectuent des traitements biologiques préventifs sur plus de 2 200 gîtes larvaires (lieux de ponte), inventoriés sur le domaine public et les parties communes du domaine privé : zones marécageuses, ruisseaux et rûs, bassins de rétention, fossés en bordure de route, avaloirs en eau du réseau pluvial, coffrets techniques inondés, caniveaux en eau, …

Il s’agit d’une lutte préventive, utilisant des produits "sélectifs" respectueux de l’environnement, à base de bactéries (Bacillus thurengiensis).

Les interventions ont lieu pendant la période d’activité du moustique, entre les mois de mars et octobre, chaque année. Elles sont mensuelles car le produit utilisé, sous forme de granulés, se diffuse dans l’eau pendant 3 à 4 semaines.

Gîtes larvaires du domaine public et parties communes du domaine privé

  • Avaloirs d'eau de pluie en eau
  • Bassins de rétention
  • Coffrets techniques inondés
  • Fossés
  • Ruisseaux
  • Trous d'eau du littoral
  • Zones marécageuses

Les opérations de traitements chimiques curatifs: L’EXCEPTION

Dans la grande majorité des cas, le traitement biologique, la neutralisation ou l’élimination des gîtes en eau suffisent à faire disparaitre en quelques jours une nuisance de moustique sur une zone de vie, sans nécessité de recourir à des produits insecticides chimiques.

Toutefois, un traitement spatial ciblé et très localisé par pulvérisation d’un insecticide chimique peut, dans certaines situations, se révéler nécessaire lorsque les densités de moustiques générées jusqu’à l’intervention des agents du service LCN dépassent un seuil de nuisance acceptable et vivable.

IMPORTANT : Le recours aux produits chimiques n’est pas une solution efficace et durable en matière de démoustication et plus particulièrement de lutte contre le moustique tigre. Outre le fait que les produits chimiques ne soient pas sélectifs (impact sur les abeilles et l’entomofaune dans son ensemble) et nocifs pour la santé humaine et les animaux, ils finissent à terme par engendrer des résistances chez les moustiques. Pire que cela, d’une rémanence limitée dans le temps, leur efficacité ne sera que ponctuelle si les gîtes larvaires à l’origine de la présence des moustiques dans votre environnement ne sont pas identifiés et éliminés au préalable. Au bout de quelques jours, sans travail de fond sur l’origine de la nuisance, celle-ci réapparaîtra immanquablement.

2. La sensibilisation et les visites à domicile : clé de voute de la réussite

Les nuisances occasionnées par le moustique tigre en milieu urbain proviennent principalement des innombrables points d’eau stagnants présents autour des habitations individuelles et collectives : réserves d'eau de pluie, puits, soucoupes, arrosoirs, seaux, bâches, regards, terrasses sur plots, piscines non entretenues, récipients divers, pompe de relevage, ...

En complément des traitements, le service LCN organise donc des visites à domicile afin de sensibiliser les particuliers aux gestes simples de prévention à mettre en œuvre pour lutter contre le moustique tigre. Ces interventions permettent d’identifier les gîtes larvaires à l’origine de sa prolifération au niveau de leurs jardins, terrasses ou balcons pour les éliminer et mettre ainsi durablement un terme aux nuisances induites. Ces visites peuvent prendre la forme de :

  • prospections groupées à l’initiative du service : les agents interviennent essentiellement au printemps, avant l’apparition des moustiques, à l’échelle de lotissements ou de groupements d’habitations, en prévenant à l’avance les habitants concernés de leur passage par courriers;

  • prospections ciblées sur demande de particuliers : les agents interviennent suite à un signalement de nuisance anormale d’un administré, par courrier, courriel ou par téléphonique. Les opérations de prospection se limitent alors dans l’espace à un rayon de 50 à 100m autour de la propriété concernée (rayon d’action de l’insecte autour de son lieu de ponte), l’objectif de l’opération étant de trouver l’origine de la nuisance pour y mettre définitivement un terme.

Gîtes larvaires régulièrement trouvés par les agents du service LCN au niveau des jardins, terrasses ou balcons des particuliers

  • Ancienne fosses sceptiques inondées et non hermétiques
  • Arrosoirs non utilisés
  • Bâche de piscine
  • Bâches
  • Bacs à fleurs avec réserve d'eau
  • Bain de soleil à l'envers (compartiments en eau)
  • Bassins d'ornement sans poissons
  • Bateaux stockés
  • Bidons non protegés
  • Caniveaux inondés
  • Fontaine hors service
  • Gouttières
  • Lavoirs bouchés ou obstrués
  • Pied de parasol
  • Puits
  • Poubelles de jardin non hermétiques
  • Pots entassés
  • Pompes de refoulement dans regard
  • Pompe de refoulement
  • Pneus
  • Piscine HS
  • Récipients divers
  • Regard
  • Réserve d eau
  • Siphon de sol
  • Soucoupes
  • Terrasse sur plots
  • Trou d'eau d'un rocher d'ornement
  • Tuyaux en pente inversée

 

Chaque saison, les équipes du service LCN réalisent en moyenne 2 500 prospections de jardins ou de terrasses. La destruction de plusieurs milliers de gîtes qui en résulte permet de réduire fortement les densités de population du moustique Aedes albopictus.

A retenir : Supprimer les eaux stagnantes autour des habitations revient à éliminer les innombrables lieux de ponte à l’origine de la prolifération du moustique tigre dont le rayon d’action se limite à environ 100m autour de son gîte. Dès le début du printemps, les jardins doivent donc être inspectés de fond en comble. Une vigilance est ensuite de mise après chaque épisode pluvieux jusqu’à fin octobre.

 

La CAVEM met un numéro vert à la disposition de ses administrés pour les renseigner et les accompagner dans leur démarche. Il s’agit d’un service gratuit auquel les particuliers peuvent avoir recours :

  • pour signaler une forte nuisance liée à une prolifération anormale de moustiques à proximité de leurs habitations ;
  • pour signaler des zones suspectes de prolifération de moustique ;
  • pour être informé, conseillé ou se faire accompagner dans leurs actions de prévention.

Une intervention des agents du SID ciblée sur votre domicile et votre voisinage proche pourra être décidée afin de rechercher l’origine de la nuisance subie en vue d’y mettre un terme.

Présentation des agents du service de Lutte contre Les Nuisibles

Le Service de Lutte Contre les Nuisibles dépend du Pôle Environnement Développement Durable et Désinsectisation de la CAVEM dont la direction relève de Monsieur FERRERO Frédéric. Son Responsable, Monsieur WALICKI Fabien s’appuie sur Monsieur LASSAGNE-BEZARD en tant qu’Adjoint Technique Prospection, Monsieur MERLINO Cédric en tant que Chef d’équipe assisté pour sa part de Monsieur MERLINO Rémi en tant qu’Adjoint au Chef d’équipe.

5 techniciens applicateurs viennent compléter ce dispositif : Messieurs ABISSI Fabrice, BENABDELHAFID Djamel, DEBADE Valentin, JOBERT Jessy, NATALIZIO Régis et THOMAS Mickaël.

Il est important de pouvoir identifier les différents intervenants du service LCN car ces agents sont tous susceptibles de se rendre un jour ou l’autre au domicile de l’ensemble des administrés de la CAVEM dans le cadre des opérations de prospection indispensables à la lutte contre la prolifération du moustique tigre (la visite se cantonne au jardin uniquement).

Informations annexes au site