Moustique tigre et risque sanitaire

Le moustique tigre peut être vecteur de maladies et occasionner des épidémies en zones tropicales et subtropicales. Sa présence en zone tempérée comme sur notre territoire n’induit qu’un risque épidémique très limité.

Un dispositif départemental de surveillance et de lutte

En France métropolitaine, l’Etat (Préfectures, Agences Régionales de Santé) et les Conseils Départementaux sont compétents en matière de lutte contre les épidémies. Dans le Var, l’EID Méditerranée (Entente Interdépartementale pour la Démoustication du Littoral Méditerranéen) est chargée d’assurer la mission de surveillance, de prévention et de contrôle antivecteur.

Protocole de lutte contre le risque épidémique

A l’occasion d’un voyage dans un pays où sont présents les virus de la Dengue, du Chikungunya ou du Zika, une personne peut contracter l’une de ces maladies en se faisant piquer par un moustique infecté.

De retour en France, si le corps médical en diagnostique les symptômes et si la personne "présumée contaminée" se trouve dans une région colonisée par le moustique tigre, les autorités sanitaires lancent une enquête épidémiologique et environnementale, suivie par précaution d’un traitement insecticide dans les lieux fréquentés par le malade.

Attention à ne pas faire d'amalgame ! Les moustiques tigre sont des vecteurs potentiels de maladies mais ils ne sont pas naturellement porteurs de virus. Là où il y a VECTEUR, il n’y a pas nécessairement MALADIE !

Le mécanisme de transmission de ces virus

  1. Le moustique vecteur femelle s’infecte au moment de la prise d’un repas sanguin sur un hôte virémique (c'est-à-dire présentant des particules virales dans le sang) ;
  2. l’arbovirus ingéré va pénétrer l’organisme du moustique jusqu’à se retrouver dans la salive de l’insecte;
  3. cette salive sera injectée à chaque repas sanguin notamment permettant l’inoculation de virus à chaque nouvel hôte.

Notons que le temps qui sépare le prélèvement de virus par un moustique sain sur un vertébré virémique et le moment où ce moustique deviendra infectant (avec du virus dans les glandes salivaires en quantité suffisante) est appelé le temps d’incubation extrinsèque dont la durée varie de 6 à 10 jours.

Informations annexes au site