Lutte contre les nuisibles

La CAVEM mène campagne contre la chenille processionnaire

  • © CAVEM - Christine Delville
  • © CAVEM
  • © cavem

Le service de lutte contre les nuisibles mène, chaque année, une campagne de lutte contre les chenilles processionnaires du pin sur le domaine public des 5 communes de la CAVEM.

Ses équipes techniques concentrent en priorité leurs efforts sur certains sites jugés sensibles en raison de la présence de personnes à risque ou d’animaux de compagnie comme les établissements scolaires, les crèches, les parcs, les jardins d’enfants ou les zones de loisirs.

Les abords de routes, de parkings ou de tout autre espace public sont également régulièrement contrôlés afin de repérer la présence de l’insecte et traités en vue de son élimination. L’objectif est ainsi d’éviter que ces chenilles, urticantes et donc dangereuses pour la santé, puissent entrer en contact avec la population.

Une combinaison de méthodes de lutte pour une plus grande efficacité

Les agents combinent différentes méthodes de lutte et interviennent à diverses périodes de l’année sur 159 sites sensibles recensés : 

*  En hiver (janvier/février), le contrôle visuel des arbres permet une détection des nids de chenilles, localisés au niveau du houpier des arbres (cocons blancs). En présence d’un nid à portée, les agents procèdent à son retrait par échenillage, depuis le sol. À défaut, ils installent un écopiège sur le tronc des sujets les plus hauts, pour intercepter les chenilles qui descendront en procession vers le sol pour s’enfouir à la fin de l’hiver. Le retrait du piège est opéré ultérieurement, une fois le danger écarté.     

*  À la fin du printemps (juin à septembre), les agents procèdent à une lutte préventive par phéromone, au stade adulte de l’insecte (papillon), aboutissant à sa disparition naturelle par confusion sexuelle. Il s’agit d’une méthode de lutte par projection de billes biodégradables contenant un principe actif phéromonal sur les arbres à l’aide d’un lanceur de paintball. Le produit ainsi diffusé sature les récepteurs des papillons mâles en phéromone afin que ces derniers soient dans l’incapacité de localiser les femelles et donc de s’accoupler, réduisant ainsi drastiquement la population de chenille sur la parcelle à protéger.

*  À l’automne (mi-octobre/fin novembre), des traitements préventifs complémentaires peuvent être réalisés, par voie terrestre, à l’aide d’un canon nébulisateur. Il s’agit alors d’une lutte microbiologique consistant à pulvériser sur les aiguilles des arbres infestés ou susceptibles de l’être, une substance contenant une bactérie létale pour la chenille (Bacillus thurengiensis).

 

Un service à votre disposition

Pour signaler la présence de nids de chenilles sur le domaine public en vue d’une intervention : numéro vert 0 800 10 40 11 ou par mail environnement(at)cavem(dot)fr.
Sur le domaine privé, même s’il appartient aux particuliers d’intervenir, le service reste à votre disposition pour toute demande de renseignement et pour vous conseiller dans votre démarche.