Institution

La CAVEM va devenir « Estérel Côte d’Azur Agglomération » et affirme son ambition pour le territoire en votant à une large majorité un Pacte de Gouvernance

  • © Christine Criscuolo – Yellow Studio
  • © CAVEM - Christine Delville
  • © CAVEM - Christine Delville
  • © CAVEM - Christine Delville

Frédéric Masquelier a présidé jeudi 25 mars une séance majeure du conseil communautaire, marquée par l’adoption définitive du Pacte de Gouvernance de la mandature et par la décision de doter l’institution d’un nouveau nom, à même de porter l’ambition des élus pour le territoire et plus proche de sa réalité : la CAVEM va devenir « Estérel Côte d’Azur Agglomération » et va donc prochainement changer de logo et d’identité visuelle.

Adoptées à une large majorité, ces délibérations essentielles témoignent de la volonté partagée des élus de s’engager dans un programme ambitieux de plus de 100 millions d’euros d’investissements structurants en six ans pour le seul budget principal et de 200 millions d’euros pour l’ensemble des budgets annexes (inondations, eau, assainissement…).

 

Préalablement voté par les conseils municipaux des cinq communes qui la composent, le Pacte de Gouvernance s’articule autour de trois axes :

-          Améliorer le service rendu aux habitants en plaçant le citoyen au cœur de l’action des agents : pour que les engagements pris dans le Pacte puissent être réalisés, l’institution agira comme une administration de mission et sera pilotée par objectifs mesurés en termes d’efficacité, de coûts et de délais. Ce changement d’approche va s’accompagner de la mise en réseau de ressources techniques et de la mutualisation de certaines fonctions support des 5 communes. Au-delà, le Pacte prévoit le regroupement, dans un nouveau siège, de l’essentiel des services de l’agglomération aujourd’hui éclatés sur un grand nombre de sites.

-          Développer l’attractivité du territoire : pour soutenir le secteur du tourisme, le Pacte prévoit la valorisation du bord de mer dans le cadre d’un projet ambitieux de promenade. Cette portion du littoral représente quatre kilomètres et concerne trois des cinq communes du territoire. L’effort réalisé pour le tourisme va s’accompagner de la création d’un véritable Office de Tourisme Intercommunal. D’autres projets importants pour le territoire portent sur le nécessaire doublement de la RDN7 entre Puget sur Argens et Fréjus, la modernisation des parcs d’activités existants et la création de nouveaux parcs orientés vers l’accueil d’entreprises innovantes, à taille humaine. La poursuite des actions engagées dans le domaine de la formation post-bac, le développement d’un campus à l’étude sur le site fréjusien de la Base Nature et de nouvelles infrastructures sportives sont également prévus à l’horizon de la mandature.

 -          Renforcer la gestion des risques, la préservation de l’environnement naturel et les solidarités : dans le cadre de sa compétence GEMAPI, (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) la communauté d’agglomération intervient directement dans la lutte contre les inondations. Dans ce domaine, la protection du secteur de la Palud à Fréjus, les ouvrages écrêteurs de crue de l’Aspé et de Vaulongue à Saint-Raphaël, la protection de la basse vallée de l’Argens constituent des projets majeurs. D’autres sujets orientés vers la protection de l’environnement sont également traités comme les déplacements « doux » (vélo, co-voiturage…), le soutien à l’agriculture locale et aux circuits courts, la valorisation des déchets… Enfin, une action volontariste sera poursuivie en matière de logement social, de soutien aux projets sociaux à vocation intercommunale et également de politique de la ville et de lutte contre la délinquance et la radicalisation.

« Ensemble, nous avons voulu ce pacte qui formalise les relations entre les communes et les objectifs concrets que nous nous fixons pour la mandature. Quand cinq maires travaillent au service du territoire et des administrés, ils peuvent construire un programme innovant dont la mise en œuvre va représenter près de 300 millions d’euros d’investissement en six ans. Le nouveau nom que nous avons choisi pour l’institution reflète notre ambition commune de développer et de protéger le territoire pour améliorer la qualité de vie des habitants. Au-delà du symbole, il montre la nouvelle force de la communauté d’agglomération, » a déclaré Frédéric Masquelier.

 

Le budget pour l’année 2021 s’élève à plus de 128 millions d’euros. Également voté à une large majorité, celui-ci est en cohérence avec les principes du Pacte de Gouvernance.

Les charges à caractère général représentent 33 % des dépenses de fonctionnement dont 17 millions d’euros pour les ordures ménagères, 8 millions d’euros pour le nettoiement des rues et 8 millions d’euros pour les transports.

Plus de 2 millions d’euros, sont d’ores et déjà prévus pour le projet du front de mer et 240 000 euros pour la fin des travaux du pont de la Garonnette à Fréjus, qui aura coûté un peu plus d’un million d’euros. Sont également budgétés des subventions pour la construction de logements sociaux sur le territoire, le remplacement de l’ascenseur de la gare SNCF de Saint-Raphaël, la finalisation du projet de plateforme de circuits courts agricoles à Puget sur Argens, un nouveau plateau sportif aux Adrets de l’Estérel, la modernisation de déchèteries et la construction du réservoir du Gargalon à Fréjus.

 

Près de 9 millions d’euros seront consacrés dès cette année aux dépenses d’équipements pour la Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations. Pour le Président « la lutte contre les inondations est un objectif prioritaire qui doit s’accompagner de résultats concrets. Nous savons qu’il y a une forte attente des citoyens et nous serons au rendez-vous. »