Santé

Le centre de vaccination, la pénurie de médecin et les besoins en investissement de l’hôpital à l’Assemblée Générale de la CPTS

  • © Estérel Côte d'Azur Agglomération - Christine Delville
  • © Estérel Côte d'Azur Agglomération - Christine Delville
  • © Estérel Côte d'Azur Agglomération - Christine Delville

La Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS) Var Estérel Méditerranée présidée par Pierre Gras a tenu jeudi 2 décembre 2021 sa 2e assemblée générale. Cette séance a été ouverte par Frédéric Masquelier, Maire de Saint-Raphaël, Président d’Estérel Côte d’Azur Agglomération et Président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier Intercommunal ainsi que Françoise Kaidomar, Adjoint au Maire de Saint-Raphaël et Vice-Présidente de la Communauté d’agglomération. Cette assemblée a été l’occasion de revenir sur le centre de vaccination intercommunal. « C’est une très grande réussite en termes de taux de vaccination et nous avons réalisé plus de 158 000 injections. Il y a encore des défis à relever avec la 3e dose. Ce centre est un investissement très important pour la collectivité et nous avons décidé de le maintenir tant que cela sera nécessaire, » a déclaré Frédéric Masquelier. Les activités de la CPTS ont été bouleversées par la COVID-19. Dès mars 2020, ses membres ont collecté du matériel de protection médicale pour les soignants. Ils sont également fortement impliqués dans le fonctionnement du centre de vaccination au sein duquel plus de 400 soignants sont intervenus.

Le sujet de la pénurie de médecins a également été abordé. Le territoire compte aujourd’hui 1 261 professionnels de santé et des difficultés sont rencontrées pour remplacer les départs à la retraite. Le Président d’Estérel Côte d’Azur Agglomération a également tenu à évoquer le Centre Hospitalier Intercommunal : « Cela fait des années que nous nous battons pour la rénovation des urgences. Celles-ci ont été construites pour accueillir 25 000 personnes par an, il y en a plus de 46 000. Il faut également conserver des spécialités et nous avons demandé qu’un PET scan soit implanté à l’hôpital. La fermeture du service de nuit des urgences de Draguignan induit également un ensemble de problématiques. Nous avons demandé à être reçu par le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé pour aborder notamment l’investissement de l’Etat dans les hôpitaux. »