Sécurité

Questions à Cédrick Humbert, Conseiller délégué au SDIS, à la lutte contre la délinquance et à la fourrière animale

© Michel Johner

La sécurité que ce soit à travers les incendies, la surveillance des plages ou encore la lutte contre la délinquance et contre les violences sont un sujet du quotidien. À la CAVEM, Cédrick Humbert gère ces délégations, mais aussi la fourrière animale. Présentation.

 

Monsieur le conseiller délégué pouvez-vous nous présenter vos délégations ?

Mes délégations à la CAVEM concernent la sécurité et la fourrière animale. La sécurité est divisée en trois parties. Je possède des missions de sécurité civile qui incluent des relations avec le Service Départemental d'Incendie et de Secours du Var (SDIS 83) et la surveillance des plages. Le SDIS a pour mission fondamentale la protection des biens, des personnes et de l’environnement. Nous intervenons avec eux dans le cadre de le défense extérieure contre l’incendie et pour la surveillance des plages. La deuxième partie concerne des missions de police avec des actions intercommunales ciblées pour lutter contre la délinquance. Le troisième volet sécuritaire concerne des missions préventives avec la réalisation d’un schéma intercommunal de défense extérieure contre l’incendie. J’ai également dans mes délégations la fourrière animale. J'ai un attachement particulier pour la cause animale. Pour moi, il est nécessaire d'inclure nos compagnons de fortune et d'infortune dans notre quotidien. Je suis persuadé qu’en mettant l’animal au centre de toutes nos attentions on restera humain. Quelqu’un qui fait du mal à un chien ou à un chat fera du mal à un humain un jour ou l’autre.

 

Quels sont les points forts et les points d’amélioration dans ces domaines ?

Monsieur Masquelier insuffle une bonne dynamique, on voit qu’il est là pour travailler et non pour être spectateur. C’est un gros point fort, il y a une atmosphère apaisée qui nous permet de travailler comme il faut entre élus.

Concernant les relations avec les SDIS 83, je souhaite poursuivre et pérenniser l’action de Madame Dumont afin de maintenir les bons échanges entre les sapeurs-pompiers et la CAVEM. Étant sapeur-pompier professionnel, je connais les codes et les éléments de langage de la corporation. De fait, les problématiques de terrain et les contraintes que peuvent subir cette profession sont aussi les miennes donc je les entends, mais surtout je les comprends et en ce sens je serai facilitateur. Le SDIS 83 est une machine bien rodée sur laquelle les collectivités peuvent compter et s'appuyer en cas de problème. Je pense que la direction départementale doit être fière et rassurée d'avoir un de leur agent à ce poste : mais attention, je ne vais pas dire oui à tout et ma force est de pouvoir cloisonner ma fonction politique et mon métier. Pour la surveillance des plages actuellement tout fonctionne.

Pour la lutte contre la délinquance, nous devons plus dialoguer avec les services de l’État à travers des Fonds interministériels de prévention de la délinquance et de la radicalisation. Si nous souhaitons par exemple installer une caméra, cela nous permettra d’en financer une partie. Il faut également faire profiter de l'expertise de Fréjus concernant la mise en place d'un Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CISPDR) en réalisant à moindre coût un diagnostic viable à l'échelle intercommunal. Lors d’un conseil communautaire, des délibérations portant sur la création d’un conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance et de la radicalisation ainsi que sur une charte de prévention de la radicalisation ont été votées.

 

Quelles réalisations envisagez-vous au cours de votre mandat ?

Avec le SDIS, il faudra dialoguer, car ils connaissent des restrictions budgétaires et se tournent vers les collectivités territoriales qui sont soi-disant riches mais qui connaissent également des restrictions. Il conviendra de dialoguer pour trouver des consensus. Concernant la surveillance des plages, je souhaite qu’un sapeur-pompier professionnel soit chef de zone systématiquement. Il faut également mettre en place un poste de secours supplémentaire sur la zone de Saint-Aygulf afin de compléter le dispositif et d'améliorer les conditions de travail des agents de surveillance en mutualisant les ressources personnelles déjà existantes.

Concernant les actions sécuritaires, l’État se décharge toujours plus sur les collectivités, sans glissement de budget. Nous souhaitons la mise en place d’une maison d’accueil pour les personnes victimes de violences intrafamiliales. La CAVEM s'est engagée avec l'attribution d'une aide financière à destination du Commissariat urbain pour l'accueil des victimes de violence à Fréjus et pour la prise en compte par un psychologue sur Saint-Raphaël. Cela doit être ouvert à l’ensemble des habitants du territoire de la CAVEM. En plus de la création d’un CISPDR, il faudrait mettre en place un Conseil pour les Droits et Devoirs des Familles Intercommunal.

La cause animale est très importante, on pourrait pourquoi pas créer une brigade équestre CAVEM à l’année associée à des brigades canines déjà existante à Fréjus pour différentes missions de sécurisation événementielle, de prévention, de proximité, mais aussi pédagogiques. Je pense aussi à la création d'une chatterie qui tient à cœur à nos roquebrunois. Puis j’aimerais fortement que l’on créé une brigade maltraitance animale.