Environnement

Questions à Christian Besserer, 12e Vice-Président délégué à l’environnement

© Michel Johner

Avec ses 51 kilomètres de littoral, et plus de 23 000 hectares de forêt, le territoire de la CAVEM est valorisé grâce à son environnement exceptionnel. À la CAVEM, Christian Besserer gère cette délégation. Présentation.

 

Monsieur le Vice-Président pouvez-vous nous présenter vos délégations ?

Au sein de la CAVEM, mes principales missions concernent notamment le Développement durable et la protection de l'Environnement. Cela passe, entre autres, par le Plan Climat Air Énergie du Territoire, les sites Natura 2000, la lutte contre les nuisibles, la gestion d'espaces acquis par le Conservatoire du Littoral, le Schéma de Mise en Valeur de la Mer et de nombreux autres points.

À côté de cette fonction de Vice-Président de la CAVEM, je suis membre de la commission Développement Économique de l’agglomération, mais aussi référent élu au sein des instances relatives à I’opération « Grand Site de France » de l'Esterel, et Vice-Président de la commission de « l'Environnement et du cadre de vie ». Cette commission regroupe le développement durable, les déchets et la qualité de vie. J’ai également intégré la Vice-Présidence du Forum et d’Estérel Côte d’Azur et je siège en tant que Conseiller municipal au développement économique, aux associations ainsi qu'à la culture à la mairie de Roquebrune-sur-Argens.

 

Quels sont les points forts et les points d’amélioration dans ces domaines ?

Il y a aujourd’hui de nombreux points forts, je pense notamment aux 4 sites « Natura 2000 » que sont l’Estérel terrestre et maritime, l'embouchure de l'Argens, le Val d'Argens bas et le Rocher de Roquebrune-sur-Argens. Le Cantonnement de Pêche de Cap Roux (CPCR) fait partie intégrante du projet marin Natura 2000 de l'Esterel. Il est animé par la CAVEM en accord avec la Prud'homie de pêche de Saint Raphaël depuis 2003. Il couvre 450 hectares de territoire marin. Les retombées économiques et touristiques sont malheureusement mal connues et quelque peu sous estimées. Le projet Cap Roux 2023 vise à positionner le CPCR comme un véritable pôle d'attraction économique, touristique et environnemental.

Je pense aussi à l'Observatoire Marin de le CAVEM en lien avec le Schéma Territorial de Restauration Écologique qui est la base de toute la mise en place des actions maritimes de territoire. Il génère plus de 30 missions validées dont le suivi du trait de côte et la mise en place d’ancrages écologiques. Le tout sur un littoral de 51 kilomètres. Nous avons aussi la chance de posséder parmi les zones humides les étangs de Villepey qui appartiennent au Conservatoire du Littoral. Ils représentent une zone de recherche importante pour la biodiversité.

De plus, le 1er Plan Climat Air Energie Territorial a été validé par la Région Sud. Les différents axes de travail de ce programme sont orientés sur 48 actions à réaliser avant 2025 et à évaluer en continu. Il dispose d’une large palette de projets d'amélioration pour notre condition de vie et d’environnement. La marge de progression est exponentielle. Cela inclut l’isolation des bâtiments municipaux, territoriaux…

Parmi nos services de proximité et de confort dans un territoire touristique se trouve la démoustication ainsi que la lutte contre les charançons du palmier et les chenilles processionnaires.

Dans ce domaine qu’est l’environnement, la CAVEM réalise également des actions de sensibilisation autour de la biodiversité auprès des scolaires. Cela passe par une convention et un agrément avec l'Éducation Nationale, mais aussi avec des sessions de sensibilisation nature avec les gardes du littoral des étangs de Villepey et des animations de trois classes en « Aires Marines Éducatives » pour l’Observatoire Marin de la CAVEM. Le citoyen de demain est celui qu’on fabrique aujourd’hui.

 

Quelles réalisations envisagez-vous au cours de votre mandat ?

Je souhaite faire aboutir le projet de « la maison des étangs de Villepey » à la ferme des Esclamandes. C’est un projet fort qui a marqué le pas en 2020 et nous travaillons sur sa finalisation. Ce lieu sera à vocation pédagogique et touristique, sur le thème de la préservation de la ressource en eau et sur le rôle essentiel des zones humides. Il s’agit d’un projet fort à destination de tous et qui sera bien entendu ouvert à des projets pédagogiques pour les classes. Parmi les autres projets lancés à développer, la direction développement durable accompagnera les avancées de l'opération « Grand Site de France » de l'Esterel et de la Maison de l'Esterel qui sont portées par le Syndicat Intercommunal pour la Protection du Massif de l'Estérel.

Concernant le projet Cap Roux 2023, il est envisageable d'objectiver la création à terme d'un parc Interdépartemental Marin de plus grande ambition, en lien avec le parc marin de l'Estérel de Théoule enrichi d'un partenariat scientifique et touristique avec la réserve Naturelle de la Scandola en Corse qui partage une origine géologique commune avec l'Esterel. Ce projet associant à la préservation halieutique actuelle, une valorisation scientifique, touristique et économique permettrait d'améliorer encore l'image de marque de notre territoire Esterel Cote d'Azur. À terme, cela nous permettrait d’avoir la plus grande réserve en Europe.

L’événement « Planète CAVEM », déjà en place, est un magnifique outil de sensibilisation à l'Environnement et au Développement Durable, il est enrichissant pour tous les âges. Je souhaite poursuivre cette opération tout en ayant des animateurs ciblés et aux références planétaires. La programmation 2021 sera évidemment ajustée à la situation sanitaire.

Nous allons également continuer à faire avancer les projets du PCAET liés à l'utilisation de l’énergie solaire avec des ombrières ou en partenariat avec les agriculteurs, mais aussi la désimperméabilisation des sols, la création d’îlots de verdure, la collaboration avec d'autre commissions pour le plan vélo, les cheminements doux. Il faut revaloriser la nature en poursuivant une logique touristique et économique, moteurs de notre bassin de vie.