Lutte contre les inondations

Questions à Jean Cayron 3e Vice-Président délégué à la prévention des inondations

© Michel Johner

 

Le territoire de l’agglomération est régulièrement impacté par des inondations. Estérel Côte d’Azur Agglomération est engagé dans un Programme d'Actions de Prévention contre les Inondations. Jean Cayron gère cette délégation. Présentation.

 

Monsieur le Vice-Président, pouvez-vous nous présenter votre délégation ?

Je suis en charge de la gestion et de l’aménagement des cours d’eau ainsi que de leurs affluents dans le cadre de la prévention des inondations (GEMAPI). Cette compétence, confiée aux intercommunalités, est étroitement liée au Programme d’Actions et de Prévention contre les Inondations (PAPI) de l’Argens, sur le territoire communautaire et des côtiers de l’Estérel. Ma délégation au niveau d’Estérel Côte d’Azur Agglomération me permet ainsi de siéger au Syndicat Mixte de l’Argens (SMA) en qualité de 1er Vice-Président.

Afin d’être au plus près des dossiers et des actions à mener en priorité en matière de lutte contre les inondations, je suis aussi titulaire au Syndicat mixte pour les inondations, l’aménagement et la gestion de l’eau maralpin (SMIAGE MARALPIN), suppléant au Syndicat mixte de la Garonnette et suppléant au Service Départemental d’Incendie et Secours du Var (SDIS). Des délégations complémentaires qui s’avèrent indispensables à l’avancement des dossiers.

 

Quels sont les points forts et les points d’amélioration dans ce domaine ?

Au niveau des points forts, je tiens tout d’abord à saluer l’implication et les compétences techniques du service hydraulique de l’agglomération, tant au niveau de l’alerte que de la gestion des dossiers administratifs. L’autre point positif concerne le SMA qui arrive en partie au bout des études menées durant les années précédentes. On peut donc logiquement penser que nous allons enfin entrer dans une phase concrète de réalisation.

Nous avons parallèlement des points d’amélioration. Nous allons enfin pouvoir réaliser des travaux sur certains affluents suite aux déclarations d’intérêt général dans le cadre de la Loi sur l’eau.

Des travaux s’imposent aussi rapidement sur les 15 km de cours d’eau au Nord de la N7 sur Roquebrune-sur-Argens et sur la zone de la Palud à Fréjus. Du côté du Haut de la Vernède à Puget sur Argens, des aménagements sont également inscrits au budget 2021 du SMA.

Par ailleurs, un chantier a eu lieu il y a quelques mois au seuil des Iscles, à Roquebrune-sur-Argens. Nous devons poursuivre le confortement des berges. L’arasement et ou l’abaissement du seuil du Béal entre Puget sur Argens et Roquebrune-sur-Argens est également une nécessité.

Enfin, parmi les améliorations qui méritent notre attention, il est important de souligner que, même si nous entretenons de très bonnes relations avec la Préfecture et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, il faut accélérer les délais d’études, développer une relation privilégiée avec la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, qui doit être un soutien sans faille et non pas un frein à la mise en sécurité des administrés et de l’économie en général.

Enfin, il reste un travail pédagogique important à réaliser pour que la solidarité entre l’amont et l’aval ne se cantonne pas à la post-crue et s’évapore par la suite... Il est obligatoire d’agir par bassin versant et celui de l’Argens fait 116 km de long. Il est nécessaire d’agir ensemble pour développer une meilleure gestion du risque plus solidaire, car je le rappelle nous sommes les communes les plus impactées par les crues.

 

Quelles réalisations envisagez-vous au cours de votre mandat ?

À court terme, nous devons nettoyer la *ripisylve, les berges, les cours d’eau, de l’embouchure de l’Argens jusqu’au Muy.

Il est aussi primordial de requalifier et prioriser les actions essentielles du PAPI afin de réduire de manière notable les inondations dans la basse vallée. Il en va de la sécurité de la population et l’économie de notre territoire.

 

*Formations végétales se développant sur les bords des cours d’eau